CAMPUS

On débute avec l’évènement, que dis-je, le cataclysme, que dis-je l’odyssée de la semaine : une victoire du rugby masculin 3 essais à 2 contre les champions universitaires de l’an passé. Irritée par la chronique de la semaine dernière, l’équipe montre à NLS et au campus qu’elle peut s’imposer au WEIS ! Rendez-vous compte, même Ruben n’était pas encore à Nancy lors de la dernière victoire de l’équipe…

La saison a été lancée et bien lancée par l’équipe masculine de basket : trois victoires et une défaite. Fait marquant à relever: le tir monumental de la gagne du Seigneur de la balle orange, Simon Kessler aka Kobe Bryant! Ce fut un véritable coup de massue pour les adversaires, qui ont perdu leur fair-play face à la joie à peine masquée des Rouges et Blancs.

par Nico Le Sport

Il est temps pour Nico de revêtir son plus beau maillot nancéien, ses chaussettes porte-bonheur, ainsi que son éternel jogging Umbro, et de vous annoncer la création de sa rubrique sportive. 
Celui-ci, grand amateur de sport depuis sa plus tendre enfance, a trouvé claquette à sa chaussette dès son entrevue avec le légendaire Herr Lavalinho. Ce dernier lui a fait découvrir les Mythen und Leistungen, qui ont façonné la légende de son Kampus. A la suite de cet échange mémorable, Nico comprit que son destin était lié à une force supérieure : le rayonnement sportif du campus le plus titré et le plus redoutable de toute la communauté sciences piste.

Le projet collectif Africaction organisait sa soirée de retour sur projet : occasion pour les membres de l’association de partager leur expérience au Togo.
Un récapitulatif de la soirée, de la participation des projets et de l'ambiance globale.
Par Valentin Roussarie

NLP : Was hat euch dazu bewegt, euch für die Wahl des „Conseil de Vie du Campus“ aufzustellen?

Jerry: Was uns schockiert hat war der Populismus, den wir unter anderem bei anderen Wahlkampagnen hier, in Sciences Po, bemerkt haben. Auch in diesem Wahlkampf merkt man, dass die Teams teilweise keine relevanten Themen anbringen, sondern nur mit Bestechung arbeiten. Dieser Entwicklung wollen wir entgegenwirken.

NLP : Vous aspirez à intégrer le CVC. En quoi pensez-vous être représentatifs du campus ?

Nous sommes deux candidats d’origines différentes : Sarah est allemande, je suis français et nous avons des cercles d’amis larges et distincts. De plus, nous respectons la parité avec un binôme homme/femme. A ce titre, nous sommes assez représentatifs.

NLP : Patrick, ton échec au BDE explique-t-il ta candidature au CVC ? Une sorte de compensation ?

NLP : En quoi pensez-vous représenter le campus ?

Imane : Notre but est de représenter la diversité du campus, car il y a une grande diversité d’étudiants et de personnalités. Nous sommes tous les deux très différents, mais en même temps nous partageons les mêmes intérêts et nous nous entendons bien. Je pense que cela est très révélateur de l’ambiance du campus.

NLP : Quelles sont vos idées phares ?

NLP : Pourquoi vous présentez-vous au CVC ?

Nous nous présentons car nous sommes des étudiants internationaux. Nous pouvons rencontrer des difficultés avec la langue et nous sommes donc à même d’aider et de comprendre les autres élèves du campus. Notre volonté est d’apporter la chaleur et le soleil de nos pays d’origines (Brésil et Italie, ndlr) au campus de Nancy. Nous sommes très enthousiastes à l’idée de représenter tous les élèves.

NLP : Vous avez commencé votre campagne pour le CVC assez tardivement. Etait-ce une stratégie ?

Non. A la base, nous étions dans l’optique de nous présenter simplement parce que personne d’autre ne l’avait fait et nous voulions vraiment proposer un choix différent aux élèves. Si nous avons fait campagne tardivement, c’est donc parce que nous avons répondu tardivement à l’appel de M. Laval.

NLP : Pourquoi vous présentez-vous tous les deux ? Pourquoi ce binôme ?

Solveig : J'étais motivée pour faire partie du CVC et j'ai appris que Guillaume l'était également.en parlant avec Pauline (sa coloc ndlr). Il ne savait cependant pas avec qui se présenter. Nous nous connaissions peu, même si nous avions déjà parlé 2/3 fois et que le feeling passait bien.

Le temps est bon, le ciel est bleu, venez voter aux élections du BDE. Il y a plus d’un an déjà s’affrontaient les listes « Bier der Einheit » et « ScienceSpass » afin de conquérir les sept sièges tant convoités du BDE.

par Julie Wagner

© Barbara Degoul

Le 23 mars à partir de 20h, le tour du monde défilera devant vous, en costume. Venez vous enivrer de la créativité de tous ces grands couturiers, de l'élégance des mannequins qui se révéleront à vous !

Par Barbara Degoul

De gauche à droite : Edouard Martin, Aurélie Filippetti, Jean-Denis Mouton et Gérard Longuet, lors du colloque du projet Loreka, le 11 mars 2017 à Nancy. / © Sciences Pho

Le premier Colloque du projet collectif Loreka a eu lieu hier matin au 94 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny. Viennoiseries, fromage et vin de pays, que faut-il en retenir à part le buffet gratuit ?

Par Laura Damblemont

Les classes supérieures, les élites « républicaines », qui elles n’ont pas à craindre la précarité et la misère, profitent bien de ce phénomène. Elles font des forces de police des chasseurs de pauvres, et utilisent le désespoir des uns pour marginaliser ceux qu’elles désignent comme fléaux : les pauvres, les SDF, les arabes, les immigrés, les roms, les tziganes. Il est simple pour eux de pointer du doigt, d’oublier leur responsabilité d’hommes (et parfois aussi de femmes) d’Etat.

par Philippe Pernot

Le directeur du Campus de Nancy François Laval, en mai 2016. / © Philippe Pernot

Alors que Bénédicte Durand vient présenter son projet de réforme du
Collège Universitaire cet après-midi, le directeur du campus de Nancy sort de son silence. Comment adapter le campus aux nouvelles contraintes ? Compte-t-il encore obtenir des concessions ? Interview exclusive.

Propos recueillis par Stéphane Venet et Sébastien Grob

Le jardin, près du campus de Sciences Po à Nancy. / © Sciences Po

Alors que Bénédicte Durand doit présenter cet après-midi l’Acte II de la réforme du Collège Universitaire, Der Parvenu fait le point sur les différents aspects de ce projet controversé. Quelles en seront les conséquences sur le campus de Nancy ? Une enquête de Sébastien Grob, Philippe Pernot et Stéphane Venet.

Par Sébastien Grob

The Eurocosmos team prepared for this year’s simulation eight proposals for you to debate on. To make this event even more inclusive, you are free to vote for your favourite ones! Four of them will be kept at last.

Par Eurocosmos (Projet Collectif)

DR

Jean-Marc Diehl travaillait dans les assurances. Il s’était promis de prendre plus de temps pour être « au contact des gens » pendant sa retraite. Aujourd’hui, il travaille aux Restos du cœur, notamment en tant que représentant. C’est dans cette perspective, et suite à l’invitation du projet collectif Axit, qu’il a présenté lundi midi la nouvelle collecte d’hiver 2016/2017 à Sciences Po.

Par Laura Damblemont et Elorn Goasdoué

Fabienne Tenenbaum-Fort. (DR)

Psychologue en association avec Sciences Po Nancy depuis fin septembre, Fabienne Tenenbaum-Fort raconte son expérience avec les étudiants et leurs difficultés. Elle reçoit, chaque jeudi entre 14h30 et 18h30, des étudiants du campus pour des consultations gratuites et confidentielles à son cabinet (7, rue Callot).

par Stéphane Venet, Sébastien Grob et Philippe Pernot

Bienvenue dans un dîner presque parfait. Cette semaine, Le Parvenu pose ses valises dans la charmante ville de Nancy. Le thème de la première soirée : Africaction.
Située au cœur de la Lorraine, Nancy est une ville où il fait bon vivre et étudier. Bercée par la mélodie de l’accent vosgien, la ville aux portes d’or rayonne par sa culture Meurthe-et-Mosellane festive. Mais son principal atout reste la gastronomie.

par Marine Cardot

Pages