Facebook
  • Campus
Élections BDE : 1 an après, que sont-ils devenus ?
Le temps est bon, le ciel est bleu, venez voter aux élections du BDE. Il y a plus d’un an déjà s’affrontaient les listes « Bier der Einheit » et « ScienceSpass » afin de conquérir les sept sièges tant convoités du BDE. Au terme d’une campagne intense et riche en divertissements, la liste « Bier der Einheit » remporta finalement le Graal. Elle se vit ainsi offrir la chance de nettoyer le bloc les lendemains de soirées et de s’occuper des quelques – nombreuses - PLS du WEI. Vous connaissez les vainqueurs, mais qu’en est-il des vaincus ? Retour sur leur expérience et leur ressenti un an après.
  • La liste "ScienceSpass"

Dans quelles circonstances s’est créée la liste "ScienceSpass" et pourquoi ?

Notre liste (composée de Philipp Dietrich, Lilith Grotjahn, Antoine Leclercq, Mathieu Loiseau, Eliette Mitschi, Félicie Monteillet et Reihane Zitouni, ndlr) s’est créée l’année dernière pendant l’intégration. Pour la plupart, nous nous connaissions déjà. Nous avions cette motivation commune que nous avait inspirée le BDE pendant la semaine d’intégration. Le nom de notre liste n’est pas forcément ce dont nous sommes le plus fiers. Nous voulions créer un jeu de mots pour rester dans le style de nos coms (communication, ndlr). Le nom "ScienceSpass" était associé au « fun » et pas seulement aux tâches administratives, c’est l’image que nous voulions donner du BDE. Par la suite nous nous sommes rendus compte que ce nom n’était peut-être pas le plus pertinent pour les non-bilingues. Les noms de listes se ressemblent d’année en année et il est difficile de se réinventer.

Quels souvenirs gardez-vous de votre semaine de campagne ?

C’était très intense. Nous avions des réunions tous les jours jusque tard le soir, mais ce sont de très bons souvenirs qui nous ont permis de tisser des liens forts. C’était également très stressant par moment. Nos discussions avaient parfois des airs de stratégies guerrières et nous cherchions à définir les meilleures actions à mener sans que l’autre liste soit au courant. Cette expérience nous a, pour certains, donné l’envie de s’engager dans des campagnes politiques et fut pour tous très formatrice.

Y a-t-il une vie après les élections du BDE ?

Notre défaite nous a permis de nous engager davantage dans d’autres projets. La moitié de notre liste s’est engagée au sein du projet Kro. Mathieu en est d’ailleurs devenu le président. Reihane s’est de son côté beaucoup engagée au basket, ce qui lui a permis d’en être la capitaine cette année. Antoine a quant à lui créé son association d’œnologie. Cela nous a permis de nous émanciper et de nous ouvrir à d’autres perspectives. Ce n’était pas une grande défaite dans le sens où il n’y avait que très peu de voix d’écart. Au final, le résultat de cette campagne était pour nous une bonne surprise car nous n’étions pas les favoris au départ. Nous n’avions par exemple pas fait le tour des colocs et n’étions pas non plus les filleuls des anciens membres du BDE (rires, ndlr).

Avez-vous des conseils pour les candidats de cette année ?

Nous sommes à leur disposition s’ils ont des questions à nous poser. Un conseil très important que nous pourrions leur donner est de prêter attention à “leur com”. Il faut être visible pendant toute la semaine, définir les moments stratégiques et les réseaux sociaux qu’ils vont choisir. Il faut également faire attention à ne pas trop s’éparpiller, car on a facilement tendance à vouloir créer un groupe, une page et une personne. Être minimaliste et penser à une ligne directrice au niveau de la stratégie de communication que l’on va suivre durant la semaine est un autre point très important. C’est probablement ce qui nous a manqué. Cela doit être progressif. Il faut être présent sur le campus et s’investir dans les vidéos de campagne. Regardez ce qu’on fait les deux listes de l’année précédente pour en tirer les bons comme les moins bons éléments afin établir votre stratégie.

Un mot pour « Bier der EInheit » ?

Un grand bravo ! Nous n’aurions pas fait mieux.

Propos recueillis par Julie Wagner