Facebook
  • Décryptages
AXIT Gender Equality #4: Comment et pourquoi être allié de la cause LGBT aujourd'hui?

 

 Salut à toi qui lis ce dernier article d'Axit Gender Equality. Aujourd’hui c’et le Coming Out Day ! Alors on sort du placard et on s’adresse directement à toi !

« Mais je n’ai rien avoir avec les LGBT moi, je suis 100% hétéro ! »
D’accord et c’est super.

 

Cet article n’est pas un témoignage, et nous ne cherchons pas à « te convertir » à la communauté LBGT. Non, cet article est fait pour tou.tes celles et ceux qui ont des questions, qui se sentent mal informé.es ou impuissant.es face à la question de la sexualité ou du genre. Avec cet article, nous espérons que tu pourras peut-être devenir un.e allié.e.

Mais d’abord définissons le terme « d’allié.e ». Être un.e allié.e c’est d’abord reconnaître la communauté LGBT, ses droits, et lui accorder le même respect qu’aux autres. Facile non? Quand tu es allié.e de la cause LGBT, tu n’as pas à être Gay, Bi, Transgenre, Lesbienne ou qui que ce soit d’autre… Tu peux être toi, et aider à ta manière.

L’aide que tu peux apporter peut être matérielle mais aussi psychologique, et afin de te faciliter la vie, voici un petit mode d’emploi pour préparer ton esprit.

 

Alors pourquoi devenir un.e allié.e ?

Nous avons besoin de toi!

Même s’il y a eu de vrais progrès sociaux, les personnes LGBT sont encore victimes de harcèlement et de discrimination. Les violences sont parfois physiques mais aussi verbales ou psychologiques. Tu n’apprends rien de nouveau, certes, mais pour te donner une idée, la prévalence des suicides est trois fois plus importante chez les LGBT. Ceci peut s’expliquer par un réel sentiment de stigmatisation, voire d’insécurité.
Dans toute les luttes, des allié.es ou des personnes « passerelles » sont nécessaires pour réduire les discriminations et la violence. Il faut  tout aussi bien des hommes engagés dans la lutte féministe afin d’aboutir à des avancées concrètes. Quand des cis-hétéros dénoncent l’homophobie ou la transphobie, la communauté voit que tous ces combats ne sont pas vains. Parce que la finalité de cette lutte est bien d’être égaux.
Quand les allié.es apportent un soutien, quand ils prennent la parole pour défendre, cela donne un sentiment d’écoute et de sécurité supplémentaire, et nécessaire. Alors la personne LGBT n’est plus reléguée à sa minorité, elle fait tout simplement partie du reste.

Le rôle des allié.es est donc essentiel dans la mise en valeur du problème d’exclusion et le soutien qu’ils peuvent apporter individuellement crée un véritable sentiment d’inclusion. Ils donnent une plus grande visibilité aux problèmes vécus par cette communauté.

Pour que les minorités sexuelles soient moins marginalisées et stigmatisées, nous avons donc besoin de toi !

 

Mais alors que dois-je faire ?

Eh bien plein de choses !

D’abord, tu peux être le témoin d’un coming-out bien sûr ! Il est important de faire la distinction entre les différents types de coming out. Ce n’est pas du tout la même chose quand quelqu’un dit être LGBT si cela se fait au détour d’une conversation anodine ou si avant cela est annoncé : « Assieds-toi, faut qu’j’te parle ».

Dans le deuxième cas, il faut savoir qu’une personne qui fait son coming-out s’expose à des réactions qu’elle attend et redoute. Elle redoute le rejet de la part de ses proches, des gens qu’elle aime. La première chose à faire est surtout d’éviter toute remarque qui pourrait être perçue comme négative, rassurer la personne fraîchement sortie du placard, montrer qu’elle est acceptée. Exit donc tout « ah mais on ne dirait pas ! », qui soit dit en passant n’est PAS un compliment. Aussi, il ne faut pas mettre sa parole en doute.

Découvrir sa sexualité prend du temps et de la réflexion, deux facteurs qui peuvent devenir source de stress et de tourments. Rassure la personne et montre-lui que son coming-out ne change rien à la relation que tu as avec elle ! C’est très souvent la plus grande crainte lorsqu’on annonce cela à un proche.

Le même comportement s’applique lorsqu’il s’agit d’une personne trans. Il faut cependant respecter deux autres conditions : utilise le nouveau prénom qu’elle a choisi et adapte ses pronoms en fonction. Il peut arriver de mégenrer par erreur, ce n’est pas un drame, mais fais le maximum pour ne pas le faire et excuse toi quand tu te trompes.

Dans un autre registre, tu peux aussi apporter une aide matérielle à une personne qui a déjà entamée sa transition en lui prêtant des vêtements ou même du maquillage !

Le plus important est de savoir qu’on est accepté, quelle que soit notre sexualité ou notre identité. It’s no big deal !

 

Être allié.e s’exprime de différentes manières, simplement en respectant la personne qui fait son coming-out par exemple. Mais tu peux aussi aller plus loin en découvrant l’Histoire LGBT grâce à des films comme PRIDE (qui sera d'ailleurs projeté à Sciences Po le jeudi 11 octobre à 20h par AXIT).

Tu peux aller encore et toujours plus loin si tu le souhaite en t’engageant dans des associations de lutte pour les droits LGBT.

 

Des bisous, et bon Coming Out Day <3