Facebook
  • Culture
Donner de la Voix #1: Le malaise de Vitruve
Après le marbre, la première pierre

 

L’Europe occidentale connaît bien l’homme de Vitruve. Elle en est née. L’homme de Vitruve, c’est cette représentation de l’Homme parfait, issue de l’imagination de l’architecte romain du même nom, et qui fut repris ensuite par, entre autres, Léonard de Vinci, au cours de la Renaissance Italienne. Vitruve l’avait conçu comme l’image de l’Homme à la mesure de la nature et de l’univers. Sa conception de l’Homme était dédiée à l’Empereur Auguste, ce qui n’a rien d’innocent : le plus grand Empire du monde connu par l’Antiquité façonnait l’Homme à son image. A celui qui le dirige le droit d’accéder à la perfection.

La Renaissance, de son berceau Italien, s’est attachée à redécouvrir les textes des Anciens. Léonard de Vinci redonna donc à la représentation de l’imperium romain une nouvelle vigueur. Il s’agit donc de la représentation d’un Homme dans différentes positions, à la mesure de la Terre, représentée sous la forme d’un carré, de l’Univers et de l’Infini, désignés par un cercle. Vitruve est au centre de l’Univers.

La Renaissance est née en Europe occidentale. Elle reposait sur deux idées principales : la rationalité et l’universalisation. Ces deux convictions furent portées par l’Europe occidentale. Elles lui ont permis de conquérir le monde. Les « Grandes découvertes » lui donnaient la possibilité de diffuser son mode de vie et l’estimer supérieur à celui des populations d’Amérique du Sud, au point de les décimer ; les traités de Westphalie lui permettait de rationnaliser l’Etat autour des frontières et de la souveraineté ; le siècle des Lumières diffusa la croyance en la rationalité Européenne, la colonisation, en tant qu’expérience de diffusion du modèle Européen ou encore la Révolution Industrielle, en tant que processus de rationalisation du travail. Ainsi, l’humanisme est Européen, ou, plus exactement, fruit de la domination de l’Europe occidentale. En dominant le monde, l’homme de Vitruve a oublié ses limites.

Aujourd’hui, l’Europe occidentale n’est plus au centre du monde. Elle n’en a plus le monopole. La Chine utilise et détourne les règles occidentales pour asseoir sa puissance. La vieille Europe occidentale, inquiète, cherche à limiter son ascension, sans avoir la légitimité pour le faire ; la Russie, humiliée par le traitement de choc néolibéral qui lui ont infligé les vainqueurs de la guerre froide, revendique aujourd’hui sa puissance en massacrant des hommes, des femmes et des enfants sur le sol syrien ; l’Amérique latine, affligée par la pauvreté, oubliée des grandes puissances ; l’Afrique toute entière, qui paie encore le joug de la colonisation, et dont on étouffe la voix pourtant cruciale. C’est le retour en pleine lumière, des laissés-pour-compte de l’expansion Européenne. Ironie de l’histoire, les Etats-Unis eux-mêmes s’estiment lésés par un ordre mondial qu’ils ont portés à bout de bras. Vitruve chancelle : il n’a plus raison.

En outre, la mondialisation permet aujourd’hui à tous les Etats du monde de s’exprimer sur la scène internationale ; et plus encore, l’irruption des nouvelles technologies dépassent la notion même de souveraineté. C’est l’individu qui aspire à faire entendre sa voix sur la scène internationale, nationale et locale. L’humanisme Européen n’est plus suffisant ; c’est l’Homme dans sa diversité qu’il faut défendre, et non plus la philosophie qui a pensé pouvoir le faire.

C’est dans ce but que le projet Donner de la Voix débute sa série de chroniques intitulée Le malaise de Vitruve à lire dans Le Parvenu. Deux fois par semaine, ces chroniques viseront à vous montrer, à leur manière, la réalité telle qu’elle est. Sur le plan international – avec une chronique à venir cette semaine de Léo Schillmöller sur l’attentat qui a frappé l’Iran, les Iraniens et les Iraniennes le 21 Septembre dernier – mais aussi sur le plan local, avec des contributions régulières de nos membres sur le quotidien des associations Nancéiennes, et de celles et ceux qui les font vivre, salariés, bénévoles ou Hommes et Femmes qui demandent leur aide. Nous ferons en sorte de traiter le plus de sujets possibles, culturels, scientifiques, techniques ou politiques, et plus encore, afin de vous présenter, du mieux que nous pourrons, l’Homme dans sa diversité, et de le défendre dans sa dignité.

Dessin devenu statue gravée dans le marbre de l’histoire du monde, l’homme de Vitruve est en proie au malaise. Si l’Europe occidentale n’est pas exclue du jeu international, ce que l’on ne saurait souhaiter, elle ne structure plus le monde actuel ; l’homme de Vitruve souhaitait rationnaliser le monde et l’Homme, leur diversité lui apportent la plus belle des réponses. Nous souhaitons vous décrire de notre mieux cette diversité, car elle nous semble être la première pierre que nous pouvons apporter à la construction du monde d’aujourd’hui et de demain. Alors, ensemble, donnons de la voix !

 

Par Augustin Normand