Facebook
  • Campus
Interview CVC - Julia Ollivier et Alexandre Pardoux
Propos recueillis par Valentin Roussarie

NLP : Vous avez commencé votre campagne pour le CVC assez tardivement. Etait-ce une stratégie ?

Non. A la base, nous étions dans l’optique de nous présenter simplement parce que personne d’autre ne l’avait fait et nous voulions vraiment proposer un choix différent aux élèves. Si nous avons fait campagne tardivement, c’est donc parce que nous avons répondu tardivement à l’appel de M. Laval.

NLP : Vous êtes deux français pour représenter les élèves d’un campus franco-allemand où ne se côtoient pas moins de 12 nationalités. Vous sentez vous représentatifs du campus ?

Représentatifs en termes de langues : non ; représentatifs en termes d’idées et de cultures : oui. En effet, nous avons l’objectif de proposer toutes les semaines des « semaines de voyage » à travers différentes nations, différents pays et voulons donc représenter les différentes cultures de chaque étudiant-e de Sciences Po.

NLP : Il y a justement beaucoup de références à la culture et à la tradition dans votre campagne. Est-ce que c’est une forme de patriotisme ou de nationalisme ?

Pas du tout, dans la mesure où chaque semaine, nous changeons d’horizon et nous changeons d’endroit. On voyage donc un peu tout le temps. L’objectif premier n’est pas de nationaliser le campus mais bien de proposer de la chaleur pour donner du baume au cœur aux gens.

NLP : En quelques mots, vous allez devoir défendre les étudiants et les représenter devant l’administration. Si vous êtes élus, quelles demandes ou plaintes allez-vous faire remonter?

Tout ce qui concernera l’injustice. Nous ferons remonter tout ce qui attrait aux problèmes de locomotion, aux problèmes d’emploi du temps ou de gestion. Par exemple, si un étudiant ne se sent pas bien ou qu’il faille lui aménager créneau spécifique. Ce sera très varié. Je ne pense cependant pas que nous serons fréquemment face à ces cas de figure car nous sommes dans un campus qui est vraiment très bien. Il faut le dire.

NLP : Donnez-moi une raison de voter pour vos adversaires ?

Chaque idée est bonne et le caractère démocratique de cette élection - on n’a pas moins de 6 binômes - fait que chaque idée sera différente. C’est cette diversité qui représente SciencesPo.