Facebook
  • Campus
Interview CVC - Tamian Derivry et Imane Karimou
Propos recueillis par Meret Fabri

NLP : En quoi pensez-vous représenter le campus ?

Imane : Notre but est de représenter la diversité du campus, car il y a une grande diversité d’étudiants et de personnalités. Nous sommes tous les deux très différents, mais en même temps nous partageons les mêmes intérêts et nous nous entendons bien. Je pense que cela est très révélateur de l’ambiance du campus.

NLP : Quelles sont vos idées phares ?

Imane : Nous avons 4 points principaux dans notre programme. Le premier serait l’organisation de tandems.

Tamian : Nous aurons le rôle de coordinateurs pour ces tandems entre francophones et germanophones. Ces tandems seraient très utiles pour ceux qui, comme moi, ont un niveau B1 en allemand.

Imane : De plus, la particularité de notre année est que nous somme la première génération de la fameuse réforme du collège universitaire, nous sommes donc la génération « test ». L’idée est de rapporter les différentes opinions sur la réforme au niveau de l’administration, les points de critique etc.

Tamian : Ensuite, nous voudrions qu’il ait plus de matériel en cuisine. A titre d’exemple, nous faisons partie d’Africaction et nous avons des difficultés pour organiser les ventes car il n’y a pas assez d'ustensiles dans la cuisine. Enfin, nous sommes tout le temps fatigués, il serait donc très pratique d’avoir des lits dans le foyer où nous pourrions dormir.

NLP : Quels seraient trois mots pour définir votre liste ?

Différents, motivés et simples, dans le sens où nous ne voulons pas organiser de grands artifices et de grandes vidéos, nous voulons juste parler aux gens pour qu’ils sachent que sommes joignables à tout moment s’il y a un problème.

NLP : Attendre si longtemps pour publier un programme, serait-ce une stratégie ?

Imane : Oui c’est une stratégie très réfléchie et élaborée (rires), non en réalité c’est le hasard des circonstances. De plus, ça rejoint ce que nous avons déjà dit, une campagne doit être bien menée, il faut se faire entendre etc., mais nous avons voulu que notre campagne soit plus personnelle.