Facebook
  • Campus
Nico roi de la glisse

Le week-end dernier avait lieu le traditionnel weski organisé par le BDS et le BDE. Rendez-vous samedi matin 4h45 devant Sciences Po pour notre vaillant Nicolas Le Port. Quelle joie de retrouver tout ces sciences pistes en combi de ski, plus ou moins flatteuse, et avec le sourire s’il vous plait ! Deux heures plus tard, nous voilà arrivés à Gérardmer, la plus grosse station de ski des Vosges, qui affiche tout de même vingt-huit pistes au compteur ! Une fois ses chaussures difficilement chaussées, tout ce petit monde s’élance sur des pistes à la neige clairsemée … Certains découvrent d’ailleurs, à leur grand dam, que non, on ne peut pas skier sur de l’herbe. Team vitesse et hors-piste ou bien team chasse-neige, tout le monde y trouve son compte ! Il fait bon, on est entre copains, la joie se lit sur les visages. Retour en bas de la station et direction l’auberge. L’odeur si particulière de jeunes sciences pistes ayant macérés depuis l’aube dans leurs chaussettes de ski est un délice. C’est la guerre pour les douches, mais l’heure du repas et de la tartiflette vient mettre tout le monde d’accord ! Ce festin montagnard est agrémenté de vin blanc, rouge ou rosé, et les joues rougissent vite avec la fatigue de cette longue journée ! Puis vient l’heure des flunky dans la neige, sans neige, avec des affrontements épiques entre français et allemands ! Et hop, c’est l’heure du dodo !

Toutes les chambres se voient délicatement réveillées par notre papa Andrea, et apparemment (presque) tout le monde a dormi dans sa chambre. Une heure plus tard, nous voilà en bas de la station. Nous ne sommes cependant pas au bout de nos peines : il faut maintenant retrouver ses skis, ses bâtons et ses chaussures dans une pagaille généralisée ! Une fois cette épreuve surmontée, tous en piste pour une deuxième journée de glisse. Certains se retrouvent en-haut de la station pour des flunkys, cette fois-ci dans la neige ! En contrebas, on dénombre quelques chutes qui n’arrêtent pas pour autant ces courageux skieurs ! Mentions spéciales à Rayenn Ouaji pour sa maitrise du hors-piste, à Manu Nicolas pour l’ensemble de son œuvre et surtout à Léa Cesbron pour son acharnement à descendre la piste rouge en dessous du télésiège en chasse-neige !

Il est temps de rentrer. Tout le monde repart la tête remplie de glisse, de joie et de quelques douleurs de cette escapade (à peu près) enneigée !

 

NLS