Facebook
  • Campus
Et la Lorraine est rouge et blanche
"Qui s'y frotte, s'y pique"

[NDLR :Cet article est extrait de l’édition bizuth 2016]

Vous l'aurez compris, le vermeil et le blanc tiennent une place importante sur le Campus de Nancy ; pulls de promo, Projet Kro, soirées et surtout équipes sportives, vous aurez du mal à vous y soustraire. Mais croire que ces deux couleurs sont uniquement de l'apanage des triples vainqueurs en titre des Collégiades serait une erreur. L'AS Nancy-Lorraine, le club de foot de la ville, les a également adoptées. C'est également le cas du SLUC, champion de France 2011 de Basket.

« Qui s'y frotte s'y pique »

L'AS Nancy-Lorraine est typiquement le genre de club qui laisserait indifférent un nouvel arrivant dans la cité ducale. Faisant régulièrement la navette entre première et seconde division, le club au 5 titres de Ligue 2 n'a jamais réellement réussi à marquer les esprits autrement que par ses modestes succès dans ce qu'il faut désormais appeler la Domino's Ligue . Certes, Platini y a planté 127 buts dans les années 70. Mais qui se souvient de Platoche avec un autre maillot que celui des Bleus ou de la Juventus sur les épaules ? A l'image de Robic, Hadji ou encore Diagne, ce sont désormais d'illustres inconnus qui font vibrer le modeste stade Marcel Picot bi-hebdomadairement.

Pourtant chez Bizuth amateur de football, il y'a tout de même de quoi se réjouir : après trois saisons à traîner son spleen dans des villes aussi attirantes que Créteil, Bourg-en-Bresse ou Valenciennes, l'ASNL est de retour dans l'élite.

Au terme d'une saison 2015-2016 pourtant longtemps dominée par le grand rival messin puis le DFCO Dijon, les hommes de Pablo Correa (une légende chez les supporters nancéiens) se sont en effet vus décerner le titre de champion de France de Ligue 2, synonyme de retour au firmament. Désormais, et pour au moins un an, se seront donc Veratti, Lacazette et compagnie qui auront le plaisir d'évoluer dans l'antre nancéienne.

Mais ne visiter le Stade Marcel Picot uniquement pour voir le PSG faire tranquillement route vers son cinquième titre consécutif serait dommage. Avec des abonnements records et un stade rempli à 90%, l'atmosphère risque d'être plaisante dans un stade rouge entonnant à l'unisson « La Lorraine est rouge et blanche ». Surtout, ne pensez pas que le promu ne servira que de punching ball aux grandes équipes, car comme le dit la devise du club qui arbore fièrement le chardon lorrain, « qui s'y frotte, s'y pique ».

Pour les footophobes

Conscients du fait que Sciences Po n'abrite pas que des passionnés du ballon rond, nous ne pouvons que conseiller d'assister à un match du SLUC Nancy, club de basket de la ville également paré de rouge et blanc. Malgré une décevante 16 ème place en 2016, le champion de France 2008 et 2011 reste une équipe majeure du championnat français, comptant dans ses rangs les frères Pietrus, internationaux et anciens joueurs de NBA. Un derby de l'est contre le rival du SIG (Strasbourg) peut valoir le coup d’œil.

 

par Pierre Freisinger